Charente Libre le 22 Mai 2017

Un élève du Lycée Caillaud retenu en finale du Concours Général des Métiers


Valentin Nicolas dernière révision avec sa professeure Nadège Bourdier
J.L
Par Jean Lasaires, publié le 22 mai 2017 à 14h15, modifié à 17h00.

Ils sont seulement 8 lycéens en France sélectionnés pour l’épreuve finale du concours général des métiers section vente. Valentin Nicolas, 18 ans en terminale bac Pro Vente au lycée Jean Caillaud, est de ceux-là. L’œil espiègle et brillant, le sourire aux lèvres permanent il porte sur lui l’envie de gagner « je me fixe d’abord un objectif et je fais tout pour y arriver, ce qui m’importe c’est de gagner et de le mériter »
Excellent élève il fait le bonheur de sa professeure Nadège Bourdier « il est très motivé et a vraiment la fibre commerciale ». Un honneur pour le lycée pas toujours bien vu, pourtant il est le seul lycée des métiers charentais à avoir un élève sélectionné, après avoir eu, il y a peu, deux finalistes récompensés à la Sorbonne dans la spécialité chaudronnerie. « J’ai entendu beaucoup de choses négatives et sérieusement c’est un lycée super, mais il fait être passionné par ses études », confie Valentin.
Si le concours est important pour lui ce qui l’est encore plus « c’est d’être top pour que les entreprises soient prêtes à vous prendre ». Il déjà préparé son après bac et passionné par « la négo » il se destine à la formation « BTS Négociations avec la clientèle ». Après quoi il envisage peut-être de succéder à son père promoteur immobilier « mais avant il faut que j’en sois capable et j’irais travailler ailleurs pour me le prouver ». Valentin ne négocie pas avec la rigueur pour préparer son avenir.


De la Sorbonne à Erasmus

Christian Vallat le proviseur du lycée, est très heureux de ce coup de projecteur sur le lycée « qui démontre tout le sérieux du travail de nos professeurs et casse l’image négative du lycée ». C’est tous les jours qu’il s’attèle à l’améliorer avec, par exemple, la valorisation de la section européenne du lycée (pas toujours existante dans les lycées de ce type) qui permet chaque année, avec l’organisation Erasmus d’envoyer des élèves travailler à l’étranger. « Ils revienne avec un CV enrichi par l’expérience et sont souvent bilingues » précise Christian Vallat en mettant en avant l’existence d’une discipline d’enseignement spécifique où des professeurs font leurs cours de vente entièrement en anglais, rare dans les lycées de ce type, le must pour une formation pointue des élèves concernés.


 

Charente Libre le 10 Avril 2017

Le lycée Caillaud solidaire de Lou vice-championne du monde de joëlette

Lou et ses deux accompagnateurs prête pour le championnat de Joëlette le 27 mai à Saint-Trojan
J.L

Par Jean Lasaires, publié le 10 avril 2017 à 15h36, modifié à 18h00.

La journée portes ouvertes a été pour le proviseur l’occasion de vanter les mérites de son établissement qui a reçu a visite de plus de 200 collégiens et leurs parents sous un soleil radieux et propice aux échanges qui ont permis aux visiteurs de se faire une opinion pour préparer l’avenir « nous avions besoin de voir et de d’échanger avec les profs, on ne connaissait pas du tout et notre opinion sur le lycée a changé » explique des parents venus de La Couronne.
Ils ont eu l’occasion de voir la Joëlette construire par les élèves de la section chaudronnerie. Véritable chaise à porteur destinée surtout aux handicapés pour qu’ils puissent avec l’aide d’au moins deux accompagnateurs se promener partout de la montagne escarpée aux cheminement pierreux.


Pédagogie et solidarité

Sauf que le projet est l’histoire d’une solidarité née d’une rencontre d’un agent du lycée, Franck Charrier, avec Laurent Chiché le père de Lou, fillette lourdement handicapée moteur et très friande du championnat du monde de Joëlette qui se passe chaque année en Charente-Maritime.
Pour le remercier de l’aide bénévole qu’il avait apporté à l’atelier chaudronnerie, Franck Charrier autre accro en tant qu’accompagnateur du championnat de joëlette a proposé avec l’aval de l’établissement et sous la conduite de professeur de chaudronnerie Patrick Gosselin de faire construire par les élèves une joëlette et de l’offrir à Lou déjà vice-championne du monde en 2015.
En présence des organisateurs du championnat et du maire de Ruelle Michel Tricoche, le proviseur Christian Vallat a remis officiellement la joëlette flambant neuve à la fillette toute débordante de joie.
« Une belle histoire de solidarité qui nous a permis de mettre en œuvre toute la pédagogie servant à former les futurs diplômés des métiers du fer », a-t-il déclaré en substance. Aucun démenti de Patrick Gosselin « surtout un gros travail de préparation des plans très profitable pour la formation et qui a fait travailler tous les ateliers de la mécanique à la peinture et rendu fiers tous les élèves de remplir de joie la petite Lou »