Festival international de la BD 2020


Sortie culturelle au salon de la BD 31 janvier 2020.

La classe de seconde MRC1 ( Métiers Relations Clients) est allée vendredi 31 janvier 2020 à la MPP lors du Festival de la BD sur proposition de Mesdames JUBEAU et DUBOIS afin de rencontrer l’illustrateur Rodolphe LUPANO.
Cette rencontre est partie de l’étude de la BD « l’A révolution » en cours de français dans le cadre d’un festival plus large.
  

1 . La maison du peuple et de la paix nous a accueillis car elle proposait 2 expositions dont celle sur la BD étudiée. La MPP est un réseau associatif crée il y a plus de 30 ans, formé par une vingtaine d’associations. La plupart ont un lien avec la solidarité et la recherche des libertés, tout comme dans la BD de R. Lupano.

Ces associations peuvent :

  • Lutter contre les discriminations et promouvoir l’égalité

  • Développer l’éducation au développement durable

  • Agir pour la solidarité locale, nationale et internationale

  • Mettre en place ou participer à des d’événements.

Peut-être connaissez-vous Amnesty International, BAOBAB, Femmes solidaires, la Charente se bouge pour la planète, etc.


2. Concernant LUPANO Rodolphe voici quelques informations :
Naissance  en 1970 à Pau. Il est illustrateur sous le pseudonyme Ohazar.

Il nous a raconté son parcours : il a été gérant d'une boutique de jeux de rôles (AU PETIT TROLL ) alors qu’il avait toujours dessiné mais comme il n’existait pas il y a quelques années d’écoles pour lui, il a trouvé un emploi qui lui permettait de dessiner quand même. Il est donc « autodidacte » et a réussi à participer à l’élaboration de nombreuses BD.

 


Il nous a expliqué que la BD l’A révolution est un travail sur 18 mois en 2 temps : la maquette proposée aux éditeurs puis la finalisation de la BD une fois le contrat signé. Nous avons découvert que les auteurs ne touchaient que 0.70 centimes pour chaque livre vendu. Cela nous a semblé très insuffisant et injuste au regard du travail que cela représente.



Vous allez mieux comprendre !
Pour la réalisation de sa BD, R. Luapano, fait avant tout un storyboard avec le rédacteur et ensuite bâtit les bulles pour pouvoir évaluer quelle place il va rester pour introduire ensuite les personnages.
En tant qu’l’illustrateur, il a pris le temps d’analyser avec nous la couverture du livre : un arrière-plan rouge avec comme titre « L’A révolution » ; le « A » a une grande police et il est peint en blanc comme s’ il avait été dessiné rapidement. Il a choisi le rouge pour son affiche car cela lui rappelle le régime totalitaire nazi.
Dans sa BD il y a beaucoup de clins d’œil et de symboles chargés d’histoire. Ainsi l’affiche présente le dictateur Avéramiane avec les couleurs des militaires, la moustache des dictateurs iraniens, les ailes du corbeau en arrière-plan et les médailles en trop grande quantité des généraux.

 

3. On vous raconte un peu l’histoire :
4 jeunes adultes veulent renverser le pouvoir sans violence en retirant les A du nom du kommandeur (AVERAMIANE). Ainsi son nom devient VERMINES, afin de le ridiculiser.
On ne vous dit pas la suite à vous de venir la découvrir. La BD est au CDI du lycée !

Projet mer et océan: troisième prépa métiers

Dans le cadre de leur scolarité, les élèves de 3° du lycée sont partis 2 jours Rochefort et la Rochelle (les 12 et 13 novembre 2019) accompagnés de 4 enseignants. L’objectif était d’explorer les thèmes autour des mers et océans du XVI° siècle à nos jours. Ils ont traversé ainsi plusieurs univers que nous vous présentons dans des articles écrits par les élèves en cours de français.


Jour 1

10h30 : visite du lycée Professionnel à Boucefranc Le Chapus « lycée de la mer et du littoral » où nous avons découvert l’aquaculture (dont la production d’huitres) et aussi comment ouvrir des huitres ! Nous avons découvert ainsi de nombreux métiers inconnus pour nous.

 

12h00 : Nous avons visité le Fort Louvois crée en 1691. C’est une forteresse qui n’est accessible qu’à marée basse. Sur place on a découvert que la route qui nous y amenait était en pavés.
Ce monument a été commandé par louis XIV, pour défendre les pertuis contre les incursions de navires ennemis. Il se situe entre
l’île d’Oléron et le continent. Nous avons été surpris de marcher juste à côté de la mer et des ostréiculteurs qui travaillaient dans leurs parcs à huître.
Dans la cour intérieure, il y avait des canons qui viennent de la fonderie de Ruelle sur Touvre.


14h 00 : Visite du Musée de la Marine de Rochefort et de la Corderie Royale:

L e musée a été crée en 1936 mais a dû fermer ses portes en 1940. Ensuite la direction des musées de la marine l’ouvre de nouveau au public à l’été 1973. L’arsenal maritime de Rochefort est aujourd’hui un espace patrimonial d’importance européen. On y a observé des maquettes de vaisseaux, des outils de chirurgien sur les navires….

 


En quittant le musée de la marine, nous avons longé le quai où était amarrée l'Hermione:
 


Puis nous sommes allés à la Corderie Royale construite en 1666 sur ordre du Roi de France pour fabriquer les cordages nécessaires aux navires de guerre et de commerce. Nous avons vu différentes techniques de tissage et comme c’était manuel on a bien aimé.

 

 

JOUR 2

7h :Levé et petit déjeuné.

 

9H30 : Visite de la goëlette TARA.

Arrivée sur le port de La Rochelle:


Nous avons eu la chance de monter à bord de ce navire scientifique en escale à la Rochelle pour quelques jours seulement !

Tara est un voilier français type goélette avec un laboratoire à bord. A l’intérieur du bateau, il y a une sorte d’appartement avec une cuisine, un petit salon (le carré), une salle de bain, des chambres (les cabines).

 



Les scientifiques mènent des expériences et des recherches concernant l’état de nos océans : étudier les dégâts provoqués par les plastiques jetés dans les espaces marins:

 


Derrière les élèves, les couvertures de trois des plus prestigieuses revues scientifiques (Science, Nature et Cell) où des travaux utilisant les données récoltées par les expeditions Tara, ont été publiés.
 


11h30 : Visite de l’aquarium de la Rochelle.

 

C ’était super bien car nous sommes plusieurs à n’avoir jamais visité d’aquarium. On a traversé plusieurs espaces marins et rencontrés des poissons, des requins…. La jungle présentait des piranhas et des tortues. Nous avons vu à quoi ressemblaient les coraux menacés par les pollutions.
 


Une cigale sans fourmi et un effet d'optique.



Nous avons découvert des métiers liés au milieu aquatique marin et à l’entretien d’un aquarium.

 

Ce voyage n’est que le point de départ d’une longue traversée autour de la pollution par les plastiques, des voyages imaginaires sur des navires fantastiques et les prodigieuses découvertes de nos futurs métiers… Peut-être….

 

«