Changeons les règles

Les élèves des 1 CAP EVS et 2nde bac pro ARCU ont rencontré l'auteure et journaliste (de Clara Magazine), Elise Thiébaut, au CDI le mercredi 13 décembre, à l'invitation du "Collectif 8 mars" .
Elle est venue leur expliquer pourquoi elle avait eu envie d'écrire deux livres sur les règles -"Ceci est mon sang" et "Les règles, quelle aventure".
Sujet tabou s'il en est, alors que les règles, symbole de fécondité, représentent un enjeu d'(in)égalité entre les femmes
et hommes, qu'elles sont un enjeu économique, et que de ne pas en parler contribue à occulter l'endométriose, maladie encore méconnue dont souffrent de nombreuses femmes.
Les élèves ont été surpris et "bousculés" : beaucoup de leurs représentations sont tombées et ils/elles ont pris conscience de ce qu'impliquait ce "tabou des règles".






                 

Rencontre avec Gabriela Conder

Rencontre avec Gabriela Conder

Mardi 17 octobre, Gabriela Conder, avocate pénaliste argentine et membre fondatrice d’une association (Gremio de abogados) qui aide les prisonniers politiques, était invitée au lycée professionnel Jean Caillaud. Cette visite était destinée aux élèves de Terminale Commerce qui avaient travaillé en cours autour des missions de Gabriela et de son action bénévole en faveur des "Mères de la Place de Mai".

Au début de la discussion, elle s’est présentée puis les élèves lui ont posé des questions sur les Mères de la Place de Mai. Pour ceux qui ne connaissent pas le sujet, il s’agit de la « disparition » d’environ 30.000 personnes pendant la dictature en Argentine il y a 40 ans, et de la lutte de leurs mères et grands-mères pour que justice soit faite. En résumé, elle a expliqué que 500 bébés ont été séparés de leurs parents "disparus" et "adoptés" par des militaires...

De plus, Gabriela a expliqué qu’il y a une organisation non gouvernementale qui a comme but la recherche de ces enfants devenus adultes aujourd'hui et la rencontre avec leur famille biologique.

Après, elle a parlé de son travail au Ministère de l’Environnement et de la lutte contre la contamination environnementale en Argentine. Gabriela affirme que l’Argentine souffre d'une grande pollution et que cela affecte directement le pays, par exemple, à travers la nourriture quand nous parlons d’agriculture. Sur ce même sujet, elle nous a raconté aussi le problème avec le fleuve Reconquista dans lequel les industries rejettent leurs déchets, ce qui provoque de graves problèmes de santé (mortalité importante) et d’environnement.

Cependant, Gabriela reste optimiste face à ces problèmes et aussi par rapport à son métier, son action et celle de ses collègues de l'association: l’Argentine obtient de petits triomphes qui font malgré tout évoluer le pays.

Alba Monreal (assistante d'espagnol)

Remerciements à l'Association Femmes Solidaires

Photo Jean Lasaires (CL)